Envie de participer ?
Anaïs Ourliac, une Revéloise championne du monde

À 31 ans, la Revéloise Anaïs Ourliac, agent de laboratoire à l’usine de production d’eau potable de Picotalen, soldat de l’armée de terre réserviste au service du CNSD (Centre national des sports de La Défense) vient d’être sacrée championne du monde avec l’équipe de France féminine militaire, en Nouvelle-Zélande. Sept nations étaient présentes à cette première édition d’une coupe du monde militaire à XV : Nouvelle-Zélande, France, Angleterre, Tonga, Fidji, Australie et Vanuatu. Les Françaises sortent deuxièmes de leur poule après une défaite 22-10 face au pays hôte et des victoires contre Tonga (51-0) et Vanuatu (137-5). Elles s’imposent en demi-finale face aux Fidji (6-5) pour aller chercher le sacre face à la Nouvelle-Zélande (9-8), le 25 octobre. Elle débute le rugby à 17 ans en UNSS rugby à Revel puis à Jolimont. En 2008, elle participe à la création de l’équipe féminine de Revel en rugby à VII en Fédérale 3. Elle y évolue jusqu’en 2014 avant de rejoindre le Castres Olympique XV en Élite 2, Villefranche-de-Lauragais en 7 avant un retour au XV avec Ponsonby à Auckland en Nouvelle-Zélande. Depuis 2017, elle évolue au Stade toulousain où elle a été championne de France, victorieuse de la Coupe de France et compte conserver les titres. Elle intègre la sélection nationale militaire en juin dernier.

Pour elle, le rugby a toujours été une évidence. « Je suis née dedans. Mon père jouait arrière ou centre à Revel et tous les dimanches, nous étions au stade avec ma mère et mon frère. Moi, je suis première ligne. J’ai commencé tard car le rugby féminin n’était pas développé comme il l’est maintenant. C’était difficile de s’imposer dans ce sport masculin. Les mentalités évoluent et ça fait du bien. Le rugby se pratique au féminin et chaque année, le nombre de licenciées augmente et il y a des créations de sections féminines un peu partout en France. Il faut que ça continue ».
Le rugby lui a apporté beaucoup de choses dont des rencontres inoubliables où les coéquipières sont aujourd’hui ses amies, voire des membres de la famille.

Photos associées : Anaïs Ourliac


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.