Envie de participer ?

À REVEL. (fédérale 3) – Palavas-Lunel bat Revel 31 à 15 (mi-temps : 3-11). Réserves : RCR 7 – CPLR 64.

Le RCR  y aura cru face à Palavas

REVEL 15
PALAVAS-LUNEL  31

M-T : 3-11. Arbitre : George Ilea (Provence) ; 200 spectateurs.
Vainqueurs : 3 E Bourgeois (12), Compagnon (75), Dumont (79) ; 2 T (75, 79) et 4 P (23, 35, 50, 72) Llorente. Vaincus : 2 E Antequera (43), Terororhaeupa (69) ; 1 T (69) et 1 P Cals (15).
Évolution du score : 0-5, 3-5, 3-8, 3-11 / 8-11, 8-14, 15-14, 15-17, 15-24, 15-31.

REVEL : Cals ; Fenoy, Sicard, Ferrié, Terororhaeupa ; (o) Baux, (m) Vilotte ; Maffre, Esteban, Mignot ; Antequera, E. Fioret ; Pelissier, Bourrel, Pitton (cap.). Sur le banc : Ferré, Meurisse, Vila, Guenoudet, B. Patey, Gayraud, Venuat.

PALAVAS-LUNEL : Llorente ; Klein, Compagnon, Contant, Larcheveque ; (o) Colom, (m) Madebadze ; Bourgeois, Binard (cap.), Dumont ; Cilo, Belon ; Bimenyimana, Lematte, Dizerens. Sur le banc : Kouda, Bonnaure De La Payrilhe, Parmene, B. Rodriguez, Gaudillière, Pomery, Max.


> L‘ESSENTIEL.
Avant la rencontre : 15 victoires et une défaite  pour le leader héraultais et 15 défaites pour une victoire pour les Revélois. On pouvait s’attendre au pire mais il n’en fut rien. La lanterne rouge revéloise aura donné bien du fil à retordre au leader de la poule, menant à 10 minutes du terme. Les visiteurs auront peut-être fait preuve de suffisance après des premiers points marqués dans l’aisance, face au petit poucet. Les locaux dressent les barbelés et résistent face à une équipe supérieure dans tous les domaines du jeu. Puis, une remontée de 80 mètres pour un essai transformé et Revel prend les devants. Une autre va avorter de peu et Palavas-Lunel va inscrire 17 points dans les 8 dernières minutes.

> LES HOMMES.
Le centre héraultais, Romain Contant, a toujours joué juste avec des recentrages, écarts et jeu dans le dos de la défense et met toujours l’équipe dans l’avancée. En seconde ligne, Martin Belon a été au four et au moulin. Côté revélois, Jean Bourrel, Hugo Ferrié et Jules Sicard au centre du terrain ont fait un gros match, comme Baux qui a étincelé de sa magie par moments et appliqué sur son jeu au pied.

> ILS ONT DIT.
Gregory Morin (entraîneur de Revel) : «  On y a cru, comme tous les dimanches en fait. Les gars sont là, ils s’entrainent donc, on y croit. Aujourd’hui, à 10 minutes de la fin, nous sommes devant. Après, c’est une grosse écurie en face avec un gros banc. Il nous ont fait mal physiquement toute la partie. Il nous ont épuisé sur la fin et en cinq minutes, ils mettent 17 points. Le score ne reflète pas le match. Je suis assez fier des garçons aujourd’hui, face à une grosse équipe qui jouera le titre. Nous avons subi mais bien défendu. Nous savions que ça allait être dur si nous n’avions pas le ballon. Nous ne l’avons pas eu mais nous avons quand même bien défendu près de nos lignes. Le gros point positif, c’est que quand nous avons eu le ballon, nous les avons vraiment mis en danger et c’est plutôt intéressant, même si sur la fin, on se trompe un peu et on sort du schéma. Mais quand même fier parce que nous avons montré un beu visage aujourd’hui. Le score va paraitre lourd aux gens qui n’étaient pas au stade mais nous menons à 10 minutes de la fin. Sur un détail, nous pouvons remettre un essai pour plier le match mais ce curseur, ce petit levier, nous n’arrivons pas encore à le faire basculer. Maintenant, nous allons essayer de bien finir contre Pézenas. Il nous manquait des joueurs cadres en plus. 12 blessés sur un groupe de 30 et les jeunes ont assuré. Le gros point positif, c’est qu’on voit qu’avec deux jeunes qui faisaient leurs débuts en équipe Une, que l’on a du coeur et que nous sommes soudés, nous arrivons à exister contre l’ogre de la poule.Nous faisons un gros match et aujourd’hui, nous avons vu un beau collectif.».

Philippe Garriguenc (entraîneur de Palavas-Lunel) : « Il aura tout fallu. Nous sommes à deux matchs de la fin et ce qui est difficile pour nous, c’est que nous savons que nous sommes qualifiés mais qu’il faut continuer de gagner tous les dimanches. Nous avons un statut qui fait que toutes les équipes se motivent contre nous. Je tire mon chapeau à cette équipe de Revel. J’avais prévenu que c’était un match piège ».

Photos associées : RCR - Palavas • 03/04


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.